Digitalisation et sécurité bancaire : impacts, risques et innovations

Dans le cadre d’une mission d’accompagnement stratégique, Nicola Virgata, un de nos consultants Private Equity et Corporate s’est rendu à la conférence ATM & Cyber Security à Londres les 10 et 11 octobre derniers. L’occasion de nous en apprendre un peu plus sur le marché de la sécurité du monde bancaire.

Photo_Nicola_Virgata_CMI
Comment la dématérialisation de l’économie impacte-t-elle la distribution d’espèces et la sécurité des réseaux de banques ?

 

Les moyens de paiement ont toujours été en permanente évolution (de l’avènement du chèque au paiement mobile en passant par la carte à puce) mais leurs mutations se sont particulièrement accélérées avec « la révolution numérique » et semblent avoir atteint un point de bascule en Europe : en Suède, figure de proue de la dématérialisation du cash, la proportion de paiements en espèces dans les commerces a chuté de 40% à 15% au cours des 5 dernières années.

Sur le plan de la sécurité, cette dématérialisation fait émerger de nouveaux enjeux pour les banques et leurs réseaux de distribution d’espèces. D’autant que les criminels ont eux aussi bénéficié du progrès technologique et intégré dans leur arsenal des méthodes « dématérialisées ». Aux attaques physiques traditionnelles dont sont victimes les distributeurs automatiques (voiture-bélier, braquage, gaz, explosif), il faut ajouter des menaces dont l’ampleur est plus récente telles que le Skimming, les attaques dites « Blackbox » ou encore le Hacking et la diffusion de Malware.

“Le marché de la sécurité bancaire est au cœur des transformations digitales et dans une dynamique constante d’innovation”

Face à ces changements, les réseaux bancaires s’équipent davantage et ont tendance à cumuler plusieurs systèmes de sécurité sur leurs DAB (distributeurs automatiques de billets). Une course à l’équipement justifiée car en dépit de l’apparition d’attaques électroniques, les attaques physiques traditionnelles n’ont pas diminué. Vidéoprotection, alarmes, neutralisation des billets par maculage d’encre, accessoires anti-skimming, pare-feu, logiciels et disques durs cryptés… les fournisseurs de sécurité font preuve d’une capacité d’innovation impressionnante pour répondre aux besoins évolutifs de leurs clients.

Toutefois l’innovation la plus radicale en matière de sécurité semble venir des banques elles-mêmes : dans certains pays occidentaux, elles sont à l’origine de la création d’agences de coopération pour la sécurité réunissant les principaux groupes bancaires et les autorités publiques du pays. Au sein de ces consortiums, les acteurs émettent des alertes en temps réel, partagent des informations sur les criminels, et réfléchissent ensemble aux enjeux sécuritaires de demain. Par exemple aux Pays-Bas, le SIOC (Security Intelligence Operations Center – qui réunit notamment ING, Rabobank et ABN-AMRO) est capable de localiser une attaque et alerter la police en 5 secondes tout en fournissant la vidéo en direct de l’incident.

Quel type d’interlocuteurs as-tu rencontré au cours de ce salon ? Que retiens-tu de cette expérience à Londres ?

 

Ce salon, organisé par RBR Events, est un rendez-vous annuel incontournable pour les acteurs de la sécurité bancaire. Côté fournisseurs, j’ai eu la chance d’échanger avec des spécialistes de la sécurité physique tels que Cennox ou Oberthur Cash Protection et des entreprises spécialisées dans les logiciels comme KAL ou encore DarkTrace qui propose une solution innovante fondée sur l’intelligence artificielle (maching learning). Par ailleurs, j’ai pu discuter avec des acheteurs de grandes banques et assister à des conférences de qualité comme, par exemple, la présentation de la stratégie de défense de TecBan (une banque brésilienne de premier plan).

Le marché de la sécurité bancaire s’est révélé particulièrement passionnant. C’est un secteur très varié, au cœur des transformations digitales et dans une dynamique constante d’innovation technologique. Ce salon m’a aussi permis de rencontrer et d’interagir directement avec des managers et des directeurs dotés d’expertises captivantes et d’évoluer dans un contexte international.

Nicola Virgata