Les TIGA : des innovations pour changer la vie des gens

Vendredi 23 novembre, le cahier des charges de l’appel à projets (AAP) « Territoire d’Innovation » a été publié ! Un moment important pour CMI, qui a accompagné 5 projets TIGA lauréats de l’appel à manifestation d’intérêts (AMI) en 2017 (voir l’article ici) et qui renouvelle son appui pour les candidats à l’AAP. Mais au fait … qu’est-ce qu’un « TIGA » ?

 

Un processus de sélection exigeant, en deux temps

 

C’est l’action « Territoires d’Innovation de Grande Ambition » du Programme d’investissements d’avenir (PIA), dont la gestion est confiée en 2017 par l’Etat à la Caisse des Dépôts (CDC), qui consacre ce terme.

Dotée d’une enveloppe de 450 millions d’euros sur 10 ans et articulée en deux temps (voir schéma ci-après), elle a pour objet d’identifier, sélectionner et accompagner une vingtaine de « Territoires d’Innovation de Grande Ambition », dans les étapes clés d’un projet de transformation ambitieux et fédérateur, selon une stratégie clairement définie tenant compte de spécificités du territoire.

L’enjeu est de pouvoir répondre de manière concrète et dans un souci de développement économique, aux enjeux des transitions énergétique et écologique, numérique, démographique et sociale ; en proposant des services, produits ou dispositifs innovants, soutenables financièrement, à fort impact et rapidement opérationnels.

 

 

Les différentes étapes aboutissant à la labellisation et au financement des « Territoires d’Innovation de Grande Ambition »

 

Mars 2017

Lancement de l’AMI pour identifier et présélectionner un panel de projets associants un haut niveau d’innovation et un écosystème territorial organisé. Cet AMI concernait des porteurs de projets organisés en consortiums multi-acteurs (collectivités territoriales, entreprises, scientifiques et académiques…). Il a permis de mesurer le niveau de mobilisation des territoires et d’évaluer l’ambition des projets présentés.

 

Septembre 2017

117 candidatures déposées

 

 

Janvier 2018

24 projet présélectionnés, présentant des contextes territoriaux variés (territoires urbains et périurbains, de montagnes, ruraux, agricoles et forestiers, littoraux et portuaires) et porteurs d’un panel très riche d’ambitions, sur des thématiques aussi diverses que la santé et le handicap ; la mobilité ; les systèmes agricoles, l’industrie ou le numérique.

Février – Novembre 2018

Les 24 projets présélectionnés bénéficient d’un accompagnement par la CDC et d’une aide financière sous forme de subventions pour conduire des études d’ingénierie (jusqu’à 400 000 € par dossier).

L’ensemble des projets (lauréats ou non de l’AMI) consolident leur ambition et axes d’innovation, les expérimentations possibles, les montages juridiques et financiers adaptés et nouent des partenariats complémentaires.

 

 

Novembre 2018

Ouvert à tous les projets, candidats ou non à la phase AMI. Cette dernière étape doit permettre de retenir jusqu’à 20 « territoires d’innovation » qui proposent une stratégie innovante et ambitieuse de développement économique, prometteurs en termes d’impact et de reproductibilité; le tout dans un horizon de temps maîtrisé.

Seront sélectionnés des projets dont la réflexion aura été approfondie au cours de la phase de maturation et : 1. proposant de mettre en œuvre des démonstrateurs à grande échelle et d’expérimenter en conditions réelles des produits ou services innovants, codéveloppés avec les populations et bénéficiaires ; susceptibles d’être reproduits. 2. ayant un impact dans les territoires menant une action de revitalisation de leur industrie (en particulier les « Territoires d’industrie » annoncés dans le cadre du Conseil national de l’industrie réuni par le Premier ministre le 22 novembre) et de leur centre (cœurs de villes, centre-bourgs); ainsi que les territoires agricoles en transition.

 

Avril 2019

Dépôts des candidatures

 

Septembre 2019

Annonce de la vingtaine de lauréats.

Les projets sélectionnés recevront ainsi, un soutien variable entre 15 et 30 millions d’euros 1. pour leurs dépenses d’innovation sous formes de subventions ; 2. certaines des actions bénéficieront d’un apport en capital si les conditions financières, et notamment le modèle économique du projet, répondent aux critères d’investissement avisé.